La crise sanitaire du Covid-19 a contraint de nombreuses entreprises à opter pour le télétravail. Ce mode de fonctionnement va-t-il et doit-il devenir désormais la norme ? Nous faisons le point.

Travailler à distance : une tendance qui a le vent en poupe

En 2019, le télétravail concernait 29% des salariés français. Cependant, ce taux reste bien en deçà de celui observé dans les pays anglo-saxons notamment. Pourquoi  ? C’est à la culture managériale française que cela est dû. En effet, elle est basée sur le contrôle et le micro-management : une approche peu compatible avec le télétravail, qui demande confiance et management de l’autonomie.

Toutefois, c’est à grande échelle que les entreprises ont dû mettre en place le travail à distance durant le confinement, et même au-delà du 11 mai pour un grand nombre d’entre elles. Vont-elles être majoritaires à conserver ce mode de travail ou sont-elles pressées de reprendre le mode de fonctionnement d’”avant” ? Une chose est sûre en tout cas : la réflexion est ouverte.

Des atouts de taille pour le télétravail

Que ce soit pour l’employeur, pour le salarié ou pour la planète, le télétravail est une solution qui ne manque pas d’attraits et qui, sur le papier, peut sembler la solution idéale.

Côté salarié, le travail à distance permet d’améliorer l’équilibre entre vie personnelle et professionnelle, notamment en supprimant de fait le temps passé dans les transports. Côté employeur, le télétravail semble être synonyme de gain de productivité, car les impératifs de train à prendre, d’enfants à chercher, etc. sont plus facilement gérés, et permettent donc une meilleure concentration. Enfin, moins de salariés qui se déplacent vers leur lieu de travail est synonyme de désengorgement des routes ou des transports en commun, et le télétravail participe donc à la diminution des gaz à effet de serre.

De leur côté, 58% du panel de salariés consultés par Terra Nova en avril dernier souhaitent télétravailler plus souvent.

Le travail à distance, un mode de fonctionnement à moduler

Si le télétravail semble être un mode de fonctionnement idéal, il n’en comporte pas moins des zones d’ombre. En effet, pour travailler efficacement à distance, encore faut-il avoir un endroit dédié chez soi pour pouvoir le faire : nombreux sont les salariés qui ne peuvent  bénéficier que d’un coin de table (42% selon l’étude de Terra Nova).

Mais l’aspect logistique n’est bien sûr pas le seul à prendre en compte : parmi ces télétravailleurs “forcés”, beaucoup ont mal vécu cette période, parce qu’il s’agissait d’une première expérience du travail à distance, mais aussi parce que cette “solitude” professionnelle leur a pesé.

Il est donc intéressant de tirer des enseignements de ces retours des salariés sur le télétravail. Le maître mot ? La flexibilité. Opter pour un ou plusieurs jours de télétravail, sans passer au 100% à distance, semble être une solution intéressante. En effet, conserver une partie du travail en présentiel est important pour renforcer la cohésion d’équipe, l’appartenance et l’adhésion à la culture d’entreprise, mais aussi pour le contact social et les rapports humains. N’oublions pas non plus les pauses prises en commun autour de la machine à café ou à la cantine, qui sont des moments privilégiés où des  projets peuvent germer, des informations informelles être échangées, etc.

Pour mettre en place et surtout réussir le télétravail dans votre entreprise, le rôle des RH est essentiel. N’hésitez pas à vous adresser à nous : piloter cette stratégie doit s’effectuer en toute délicatesse.

S'inscrire à la newsletter

Vous souhaitez en savoir plus sur One RH ?

Contactez-nous